Mes cinémas

  • Aucun cinéma favori.

Commencez à taper votre recherche

  • PARTAGER

Actualité — Publié le 02 novembre 2018 à 11:00 par Benoît Saumois

Bohemian Rhapsody - Rencontre avec Rami Malek

Bohemian Rhapsody - Rencontre avec Rami Malek... Le héros de la série Mr. Robot affronte le plus grand défi de sa carrière : redonner vie à Freddie Mercury dans Bohemian Rhapsody. Comment a-t-il fait ?

On imagine qu’incarner Freddie Mercury est un défi de taille... Pourquoi avoir accepté ?

Il faut croire que j’aime me mettre dans des situations difficiles. (Rires.) C’était un rôle très exigeant. Le genre de rôle qui oblige à se remettre en question et qui interroge notre capacité à pouvoir incarner un personnage hors-norme. Pour être honnête, j’étais terrifié quand on me l’a proposé. Mais je voulais me lancer un défi, rendre justice à Freddie. Tout donner. Prendre le risque. En espérant réussir évidemment. Mais l'idée de faire connaître la musique et l’homme à une toute nouvelle génération de fans était très stimulante !

Comment avez-vous procédé pour imiter Freddie ? Il y a des...

Je vous arrête, je n’ai jamais cherché à imiter Freddie. Jamais ! Sinon j’allais droit dans le mur... Il fallait que je procède avec lui comme avec n’importe quel autre personnage. Il fallait que je le crée pour pouvoir me l’approprier.

L’équipe du film a fait un boulot de dingue sur les décors, les costumes, le maquillage... et les perruques, bien sûr.

Alors comment avez-vous fait ?

C’est sûr, ce n’était pas évident. Au fur et à mesure de son histoire, ses costumes changent, mais aussi sa démarche, ses postures, ses inflexions... Freddie évoluait en permanence. Il a beaucoup changé avec l’expérience. Je le vois un peu comme Zidane. L’équipe du film a fait un boulot de dingue sur les décors, les costumes, le maquillage... et les perruques, bien sûr. (Rires.) Tout cela créait un environnement sur lequel je pouvais m’appuyer. Ensuite, j’ai dû y aller par petits bouts, apprivoiser chaque élément : ses gestes, son regard, sa voix... En fin de compte, je suis arrivé à créer un personnage complet : Freddie Mercury au moment du concert du Live Aid, en 1985. C’est l’événement clef du film et c’est ce Freddie qui devait me servir de « patron ». À partir de là, je pouvais jouer Freddie plus jeune, en procédant par déconstruction.

Justement, en parlant de concert, on se pose forcément la question de savoir si vous avez chanté ou pas...

J’ai fait de mon mieux ! J’ai joué du piano et j’ai chanté de mon mieux... Mais, honnêtement, je ne sais pas ce que fera l’équipe au moment du mixage ! Personne ne peut prétendre se mettre au niveau d’un génie comme Freddie Mercury. Je n’ai pas cette prétention- là en tout cas. Mais, au moins, j’ai eu de la chance : Brian May et Roger Taylor, le guitariste et le batteur de Queen, étaient présents tout au long du film pour m’aider à respecter l’âme du chanteur.

Comment s’est passée la rencontre avec les membres de Queen ?

C’est assez amusant... Quand j’ai été engagé, Brian May et Roger Taylor ont voulu dîner avec moi. J’étais fébrile. Vous imaginez ? Manger avec les membres de Queen ! Je me disais que j’allais pouvoir leur poser plein de questions sur Freddie Mercury, sur leur relation, sur l’histoire du groupe. Et puis non. Ce sont eux qui m’ont posé plein de questions. Un véritable interrogatoire...

Sur votre capacité à jouer Freddie ?

Pas du tout ! On a parlé de la série Band of Brothers : Pacific. J’ai joué dedans et Brian May et Roger Taylor sont d’énormes fans... J’ai passé le dîner à leur raconter le tournage. (Rires.) Ce qui est amusant, c’est que j’ai tourné cette série avec Joseph Mazzello, qui interprète John Deacon, le bassiste de Queen, dans Bohemian Rhapsody. Joseph et moi sommes devenus de vrais frères depuis Band of Brothers.

Jouer Freddie Mercury, ça vous a permis d’accomplir le fantasme ultime : devenir une rock star ?

Pas vraiment... J’ai fait du théâtre, mais jamais de musique en live. Je n’ai jamais fait partie d’un groupe de rock. Le seul groupe dans lequel j’ai joué, c’était avec mes frères et soeurs, quand on était vraiment tout petits. On jouait La Bamba sur des boîtes en plastique...

Consultez et réservez vos séances
avec notre application dédiée !