Mes cinémas

  • Aucun cinéma favori.

Commencez à taper votre recherche

  • PARTAGER

Actualité — Publié le 19 janvier 2019 à 10:00 par Boris Malaine

Des femmes d'exception

Trois histoires, trois femmes, trois époques : découvrez les destinées d'héroïnes audacieuses...

Nous sommes à Paris, en 1893 : Gabrielle Colette, une jeune femme de 19 ans, épouse Willy, un critique littéraire et écrivain à succès de vingt ans son aîné. Elle rêve d’écrire, il l’encourage et l’introduit dans les cercles littéraires et artistiques de la capitale où elle fait sensation. Elle romance ses souvenirs d’enfance, sous le titre Claudine à l’école, mais impossible de signer de son nom de femme. Ce sera un best-seller phénoménal sous le patronyme de son mari... Passionnant biopic consacré à l’affranchissement artistique de la fameuse Colette, incarnée par la toujours surprenante Keira Knightley, de son mari, joué par le charismatique Dominic West. Sous son look de promenade ensoleillée à la Belle Époque, Colette dénonce le poids des traditions et l’enfer des jalousies. Devant la caméra de Wash Westmoreland (coréalisateur du bouleversant Still Alice avec Julianne Moore), la création littéraire de Colette est vue comme le moyen pour les femmes d’échapper au carcan de la société. Signer les livres de son nom est aussi pour l’écrivaine une affirmation de son identité, de son existence en tant que personne qui ne dépend pas des hommes pour vivre et créer.

Sexisme au tribunal



Cette fois, nous voilà à Harvard, à la fin des années 50. Ruth, une jeune femme d’une vingtaine d’années, est déjà mariée et a une petite fille. Licenciée de son précédent emploi administratif à cause de sa grossesse, elle refuse de baisser les bras et s’inscrit en droit à la prestigieuse université d’Harvard. Elle est l’une des neuf étudiantes parmi 500 inscrits. Elle et ses camarades féminines sont frappées de plein fouet par le sexisme du corps enseignant, et le doyen de l’université leur demande même : « Comment justifiez- vous de prendre la place d’un homme qualifié ? » C’en est trop pour Ruth. Elle va se battre pour son diplôme, devenir avocate et grimper tous les échelons jusqu’à la Cour suprême. Réalisé par Mimi Leder (qui a signé dans les années 90 des blockbusters comme Le Pacificateur avec George Clooney ou le film-catastrophe Deep Impact), Une femme d’exception est l’histoire vraie de Ruth Bader Ginsburg, dont la vie incroyable a fait déjà l’objet d’un documentaire passionnant (RBG, sorti en octobre dernier). Elle est incarnée par Felicity Jones, alias la femme de Stephen Hawking dans Une merveilleuse histoire du temps et celle qui dérobait les plans de l’Étoile de la mort dans Rogue One : A Star Wars Story. Une femme d’exception, effectivement.

Racisme ordinaire

Pour finir, nous sortons de l’histoire vraie... Ou presque, tant The Hate U Give – La Haine qu’on donne résonne avec l’actualité la plus brûlante et la plus contemporaine. Jugez- en plutôt : Starr, brillante élève noire étudiant dans un lycée privé (majoritairement blanc), est témoin de la mort de son meilleur ami d’enfance tué par un policier blanc. Alors que la ville s’enflamme, Starr, fille d’un ex-membre de gang qui a raccroché les armes pour fonder une famille, fait face à la naissance de sa conscience politique. Va-t-elle lever le poing ou rester dans le rang ? Adapté d’un best-seller, ce drame puissant et bouleversant, très pédagogique, n’est jamais caricatural et fait aussi bien penser au cinéma de Spike Lee qu’à N.W.A – Straight Outta Compton. La jeune Amandla Stenberg, vue dans le film de science-fiction Darkest Minds : Rébellion, est tout simplement bluffante. On lui prédit un avenir brillant comme une étoile.

Consultez et réservez vos séances
avec notre application dédiée !

Affiche de Pathé Gaumont - Le mag

Pathé Gaumont - Le mag
Janvier 2019

Découvrez en ligne le nouveau numéro de votre magazine !

En savoir plus

0 cinéma

0