Mes cinémas

  • Aucun cinéma favori.

Commencez à taper votre recherche

  • Lien copié dans le presse-papier.
  • PARTAGER

Actualité — Publié le 21 décembre 2018 à 10:00 par Elsa Colombani

Il était une fois... Raging Bull

Retrouvez le film culte de Martin Scorsese, le jeudi 10 janvier à 20h !

Raging Bull est un film marqué par la légende. Celle de sa genèse d’abord, puisque le film sauve Martin Scorsese de la mort. Gros consommateur de cocaïne qu’il mélange à divers médicaments, le réalisateur de Mean Streets et Taxi Driver s’effondre en 1978. Hospitalisé d’urgence, il risque l’hémorragie cérébrale. Au cours de sa convalescence, son acteur fétiche et ami fidèle Robert De Niro vient lui parler de sa passion pour la vie de Jake La Motta, champion de boxe des années 40- 50 reconverti dans le stand-up. Fasciné depuis plusieurs années par le personnage, De Niro a tenté en vain d’intéresser Scorsese au projet, sans succès, jusqu’à ce que ce dernier manque de mourir. Légende de son tournage ensuite, qui s’interrompt quelques mois afin de permettre à l’acteur de prendre les quelque 30 kilos requis. Consciencieux, De Niro voyage quatre mois à travers l’Europe et se gave de pâtes dans les meilleurs restaurants d’Italie, explorés lors du tournage du Parrain II de Francis Ford Coppola. Légende du film, enfin, Scorsese livrant une de ses mises en scène les plus spectaculaires, tantôt réaliste, tantôt onirique : sublime noir et blanc, ralentis lyriques au son de l’intermezzo de Cavalleria Rusticana (opéra de Pietro Mascagni) et caméra mobile placée à l’intérieur du ring… L’histoire est celle d’un homme qui a atteint la gloire mais va la délaisser pour toucher le fond. À le voir mettre ses adversaires K.O., nul doute que Jake La Motta mérite bien son surnom de « taureau enragé du Bronx ». Le problème, c’est que le boxeur, marié et père de famille, se révèle tout aussi enclin à la violence dans sa vie quotidienne. Aux premiers jours de tendresse et d’affection avec sa jeune épouse Vickie, succèdent les coups et une misogynie grandissante tandis que la paranoïa le submerge. À l’exemple du fameux « You fuck my wife ? » (« T’as baisé ma femme ? »), agressivement seriné à son frère (Joe Pesci). Le film foisonne de ces répliques devenues cultes, de l’automotivation obsessionnelle – « I’m the boss » (« Je suis le meilleur ») – au discours bouleversant de Marlon Brando dans Sur les quais (Elia Kazan, 1954), que La Motta reprendra avec pathos en répétant son stand-up, seul, face au miroir : « J’aurais pu avoir de la classe, j’aurais pu être un champion. » L’histoire d’un homme égoïste et primaire qui finit par trouver le chemin de la rédemption.

Le jeudi 10 janvier à 20h, assistez à une projection exceptionnelle en version restaurée 4K de ce chef-d’oeuvre du 7e art. La séance sera précédée d’une présentation de Philippe Rouyer, journaliste de la revue Positif et chroniqueur de l’émission Le Cercle sur Canal+. Réservez vos places dès maintenant en cliquant ici.

Consultez et réservez vos séances
avec notre application dédiée !


0 cinéma

0