Mes cinémas

  • Aucun cinéma favori.

Commencez à taper votre recherche

  • Lien copié dans le presse-papier.
  • PARTAGER

Actualité — Publié le 31 mai 2019 à 18:43 par Pierre Lunn

Rocketman : le biopic électrique sur Elton John

Dexter Fletcher met en scène Taron Egerton en roi de la pop dans le film évènement du mois !

Préparez-vous à sortir vos platform shoes et vos lunettes strass, rondes comme des 33 tours : Rocketman, le biopic tant attendu d’Elton John est prêt pour l’allumage. Ça tombe bien, le monde a besoin des tubes planétaires d’Elton John. Dès les premières notes de Rocketman, de Candle in the Wind ou de Your Song impossible de lutter : on a tendance à oublier à quel point Sir Elton fut non seulement un pianiste enflammé, mais aussi un mélodiste hors pair, quelque part entre Paul McCartney et Randy Newman. Pourtant, Rocketman n’est pas qu’une comédie musicale ; si entendre ces tubes sur grand écran est une expérience folle, le film est également un festival de paillettes, de plumes et de boas rappelant que, oui, rock’n’roll et music-hall peuvent faire bon ménage. Et on sort du film avec une furieuse envie de faire la fête. Mais au-delà de cet aspect festif et musical, Rocketman est surtout le portrait sans fard du sorcier musical rappelant à quel point cette superstar a incarné l’excès, l’hubris et la démesure de son temps. Et pour mettre en scène la vie de Reginald Kenneth Dwight, Dexter Fletcher (appelé à la rescousse sur Bohemian Rhapsody – il n’y a pas de mystères) a décidé de ne pas coller aux faits, mais de signer une fantaisie sans jamais occulter les ombres du tableau.

Captain Fantastic
Rocketman n’est pas un biopic conventionnel : la star ellemême (productrice du film) avait dès le début expliqué le projet : « Il fallait que ça ressemble à Moulin Rouge ! Je ne voulais pas que ce soit un biopic normal, parce que ma vie n’a jamais été normale. » Rocketman s’ouvre avec l’entrée d’Elton John en cure de désintoxication et jette à partir de là un regard rétrospectif sur son existence. On revient alors sur sa jeunesse, ses premiers cours de piano, son refus de jouer la musique composée par des « artistes morts », ses débuts au Troubadour, le club le plus célèbre du Los Angeles des années 70 et ses deux concerts géants au Dodger Stadium cinq ans plus tard. L’alcool, la drogue, la solitude et le prix payé pour son statut d’icône homosexuelle : tout est bien là. Mais toujours contrebalancé par une pulsion de vie phénoménale, un regard envapé par les souvenirs mélodieux, et la puissance de la musique. Le film ne serait qu’à moitié réussi sans la performance de Taron Egerton qui fait des étincelles et réussit à trouver la voix du génie, délivrant des moments scéniques électrisants. Vous voilà prévenus : Rocketman risque de vous faire décoller très très haut !

Cliquez ici pour découvrir Rockemtman au cinéma.

Découvrez la bande-annonce du film :

73 avenue du Général Leclerc - 75014 Paris
Infos pratiques

Authentification requise

Pour ajouter ce cinéma en favoris, vous devez être connecté à votre compte

Consultez et réservez vos séances
avec notre application dédiée !


Affiche de Pathé Gaumont - Le mag

Pathé Gaumont - Le mag
Juin 2019

Découvrez en ligne le nouveau numéro de votre magazine !

En savoir plus

0 cinéma

0