My cinemas

  • No favorite cinema.

Start typing your search

  • Link copied to clipboard.
  • SHARE

News — Published on 22 December 2021 at 17:00 par Alexis Audren

Tous en Scène 2 : dans les coulisses du studios français à l’origine du film

Illumination Mac Guff nous a exceptionnellement ouverts ses portes

C’est dans un endroit presque caché au cœur de Paris que des centaines d’animateurs et autres artistes s’activent depuis plus de dix ans pour réaliser quelques-unes des dernières sagas animées les plus cultes : Moi, Moche et Méchant, Comme des Bêtes ou encore Tous en Scène.

À l’occasion de la sortie de leur nouveau blockbuster animé, Tous en Scène 2, l’équipe du film nous a ouvert ses portes pour une plongée dans la genèse de la suite tant attendue du premier opus !

Après le succès monstre du premier film, 3,5 millions d’entrées en France et un box-office international de plus de 630 millions de dollars, la fine équipe portée par Buster Moon, Rosita et le reste de la troupe fait son grand retour. Ici, leurs aventures les emmènent vers Redshore City, la capitale mondiale du divertissement, pour se produire dans un spectacle incroyable défiant tous les superlatifs.

Pour créer ce film fait entièrement à Paris, plus de 500 personnes travaillant dans plusieurs départements d’animation se sont relayé pendant près de quatre ans. Son réalisateur anglais, Garth Jennings, ainsi que plusieurs membres de l’équipe ont pu revenir pour nous sur la genèse de cette suite spectaculaire.

Tout commence par une histoire : comment, et surtout pourquoi, faire revenir à l’écran les personnages du premier film. Une fois la bonne idée trouvée, les premiers coups de crayons commencent et s’ouvre ainsi la phase des storyboards, ces dessins, qui se comptent par milliers, qui donnent dès le départ la couleur du film. Cette équipe de douze personnes, menée par Christophe « Zebe » Lourdelet est à la tâche. Leur mission : crayonner et donner vie au scénario ainsi qu’aux nouveaux personnages. Lui et son équipe seront à l’œuvre des prémices de la production jusqu’à la toute fin, de manière à venir corriger quelques scènes et effectuer moult ajustements tout au long de la production.

En parallèle, Olivier Adam et son équipe d’une quinzaine de personnes s’attaque à la création du monde dans lequel évolueront les personnages du film. Il s’agit alors de créer une ville entière, Redshore City en l’occurrence, directement inspiré du gigantisme d’un Las Vegas. Il faut penser à tout : les extérieurs comme les intérieurs, de manière à ce que le tout reste cohérent dans l’univers de ces personnages.

Une fois tout ce travail capital réalisé, il est temps de passer à l’animation pure des personnages et de réaliser les premières scènes du film ! Pour y arriver, le film peut compter sur Patrick Delage, directeur de l’animation et son équipe de 90 animateurs, pour faire bouger et chanter les personnages de Tous en Scène 2. Il s’agit alors de leur donner des démarches, des gestuelles, de les faire bouger dans l’espace. Pour les nombreuses scènes de danse de ce nouvel opus par exemple, des danseurs ont créé en studio les chorégraphies présentes dans le film pour aider les animateurs à animer le plus fidèlement possible les différents tableaux.

Enfin, l’équipe de Nicolas Brack, en charge de la lumière sur le film, apporte aux différentes scènes la vie qu’elles méritent en insufflant un réalisme caractéristique des films d’animation modernes. Pour refléter au mieux la réalité et donner vie aux différents environnements, son équipe ajoute par ordinateur une quantité impressionnante de sources de lumières.