Oss 117 : Rio Ne Répond Plus

Sortie le 15 avril 2009

Film à l'affiche

Durée : 1H40 - Tout public

  • Partager
    • Twitter

Synopsis

Plus d’action, plus de bourdes, plus d’humour… L’espion le plus stupide et le plus hilarant du monde sème la panique à Rio de Janeiro sur les traces d’un criminel nazi. Jean Dujardin se glisse à nouveau avec délices dans le costume de cet agent secret ringard, inculte et prétentieux. Intrigue, action mais aussi amour et chagrin sont au rendez-vous !

Résumé

Douze ans après avoir envoyé Hubert Bonisseur de la Bath, alias OSS 117, en mis­sion au Caire, les services secrets français le chargent de récupérer un microfilm compromettant puis­­que renfermant la liste des hauts fonctionnaires de l’État ayant collaboré avec le IIIe Reich. L’ancien responsable nazi qui avait contacté les services secrets pour leur donner le microfilm a exigé de la remettre en mains propres à OSS 117 à Rio de Janeiro.
À peine arrivé, Hubert est cap­turé par des agents du Mossad israélien. Ils lui demandent de coopérer avec eux car ils veu­lent arrêter le criminel de guerre et le traduire en justice dans leur pays. Hubert est réticent jusqu’à ce qu’on lui présente l’agent israélien avec lequel il va devoir faire équipe : la belle et piquante Dolorès.
Sur les plages ensoleillées de Copa­ca­bana comme dans les luxuriantes forêts amazoniennes, OSS 117 va sortir le grand jeu pour l’impressionner.

Jean Dujardin enfile de nouveau son costume d’agent secret le plus bête et le plus drôle du monde. Les scénaristes en font un crétin magni­fique, sûr de son talent et de son élégance, fier de ses origines et de sa virilité. Et se moquent de ses a priori racistes pour nous faire rire. Quitte à être politiquement incorrects.

« Nous vou­lions garder la dimension “vanne interdite” du premier OSS 117. Son côté vaguement raciste, en tout cas inculte, ignare et supérieur, raconte Michel Hazanavicius. En écrivant une suite, nous avons voulu apporter de l’inattendu et en même temps respecter le rendez-vous qu’on donne au spectateur. »
D’où un scénario plus exo­tique où l’action est plus présente. « Tout ça dans une esthétique qui rend hommage aux films des années 60 », conclut-il.

OSS 117 a vieilli...

« … tout comme moi ! J’ai tenu à oublier le Sean Connery des années 50 et aller plus vers le Paul Newman des années 60. Hubert est beaucoup plus détendu, veste ouverte et mains sur les hanches, chewing-gum, la cool attitude quoi ! Il garde cependant son côté vieille France un peu suranné. Il a perdu de sa superbe, il est passé de la belle chemise à la chemisette, aux rayures… De plus, il est amoureux pour la première fois et l’échec affectif qu’il subit le renvoie à lui-même, à sa crainte d’avoir vieilli, d’être devenu ringard. Je voulais révéler ses conflits intérieurs. »
Jean Dujardin

Interview l'exclusive !

Découvrez l'interview de Jean Dujardin et Michel Hazanavicius en exclusivité : voir l'interview

Comédie de Michel Hazanavicius

Avec Jean DUJARDIN, Louise Monot, Alex Lutz

Séances à

Imprimer les horaires

Publicité

Le magazine des cinémas Pathé Gaumont

Le magazine des cinémas Pathé Gaumont

Découvrez en ligne le nouveau numéro de votre magazine ! 

En savoir plus

Jeu CinéPass Alpha

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous offrir la meilleure expérience d'utilisation.

Pour en savoir plus, consultez nos Conditions Générales d'Utilisation

Fermer